//La mort expliquée aux enfants (mais aussi aux adultes). Résumé livre

La mort expliquée aux enfants (mais aussi aux adultes). Résumé livre

Nous sommes nombreux à considérer que la mort est la fin de tout ce qui génère angoisses et peur de mourir. Pour d’autres, la mort n’est pas un problème, car tant qu’on est vivant ; on n’est pas mort, et quand on est mort ; il n’y a plus rien ! Alors ils profitent au maximum de tous les plaisirs que leur offre la vie, parfois même de façon égoïste ou inconséquente. D’autres encore vont être très triste au moment de la disparition d’un proche car ils seront certains de l’avoir perdu pour toujours. Des mères peuvent stresser et avoir des crises d’angoisses à l’idée de mourir et d’abandonner leurs enfants. En remède à tout ce stress lié à la mort ; il existe une autre façon de penser que le livre de Jean-Jacques Charbonier vient nous proposer.

La mort expliquée aux enfants (mais aussi aux adultes)
Dr Jean Jacques Charbonier
Édition Guy Trédaniel

La mort expliquée aux enfants (mais aussi aux adultes)Cette question ne se posait pas pour moi avant mon tour du monde. À vrai dire, ce n’était pas un sujet de conversation. Mon voyage m’a rendue inévitablement spirituelle et j’ai entamé un voyage intérieur (examen de conscience et progression) qui ne s’est jamais arrêté. Dans cet objectif d’évolution et d’ouverture des facultés parapsychologiques, j’ai réalisé un stage chez Serge Boutboul.
De façon fulgurante, ma vision sur la vie après la mort a complètement changé. Depuis, la mort ne me fait pas peur.

Voyant régulièrement au cabinet des personnes que cette question perturbe au quotidien : angoisses, crises de panique, stress, larmes, difficulté à vivre un deuil, je remarque qu’il y a un lien direct entre émotions négatives et croyances au sujet de la mort.

C’est comme si il y avait une façon de voir la mort qui apaise, et une autre qui angoisse.
Vous comprendrez naturellement que voir la mort comme une fin définitive de tout, une extinction de la vie, puisse être source d’angoisses.
En vous partageant le résumé de ce livre, je soutiens évidemment la vision spirituelle de la vie après la mort. Pour autant mon but n’est pas de vous convertir ni même de vous convaincre.
Ce que je soutiens c’est que votre bien-être justifie le changement de croyance. Si un changement de croyances amène à un mieux-être et une libération, alors cette croyance est sans doute une clé vertueuse. Et là, vous prêchez une convaincue. 😉

Dans l’objectif de pouvoir aider à se libérer des pensées torturées liées à la mort, je vous partage un résumé ici d’un livre que j’ai trouvé très intéressant. C’est écrit pour les enfants et à ce titre, le style est léger, ludique et accessible. Pour autant le sujet concerne même les adultes, ce qui est précisé sur la première de couverture. 😉

A propos de l’auteur

Avant d’aller plus loin, je vous propose de vous présenter l’auteur. C’est une personne atypique au regard du sujet traité car Dr Jean-Jacques Charbonier est anesthésiste réanimateur. C’est donc un homme de la médecine !

Toujours en exercice qui plus est, il n’appartient à aucun courant de pensée dogmatique philosophique, sectaire ou religieux. C’est d’autant plus intéressant ! Autant vous dire que la position de Jean-Jacques crée des frictions au royaume de la science rationnelle…

Il étudie en toute indépendance les états de conscience modifiés et les expériences de mort provisoire depuis plus de vingt ans. Auteur de plusieurs ouvrages à succès dont La médecine face à l’au-delà (lien vers article mf), 4 regards sur la mort et ses tabous et Les 7 bonnes raisons de croire à l’au-delà, il donne de nombreuses conférences en France et à l’étranger, et il est régulièrement invité dans les émission de radio et de télévision qui abordent ces sujets tabous. Son avis nous intéresse…

Résumé du livre :

« Pour pouvoir appréhender la mort d’une toute autre façon, et d’autant plus d’une façon libératrice, il est important de lâcher les acquis. A tous lecteurs, ou toutes personnes qui ne souhaiteraient pas mettre en doute ce qu’il sait de la mort, c’est-à-dire un corps qui disparaît pour toujours, rien ne sert de lire le livre. »

Le ton est donné ! Avec Jean-Jacques, on n’y va pas par quatre chemins.

Petit retour en arrière sur cette dichotomie entre science (la mort est l’extinction d’un corps. Point.) et autres courants de pensées spirituels.

Il y a à peine quelques siècles, les scientifiques n’étaient pas très écoutés. On a longtemps considéré que tout ce que disaient les religieux était, selon la célèbre expression, « parole d’Evangile ». Cela signifie que l’on ne pouvait ni contester ne discuter ce qu’ils affirmaient. Celles et ceux qui s’y risquaient finissaient brûlés vifs sur des bûchers en pleine place publique sous les insultes des gens venus assister à ce cruel spectacle. Il faut dire que les scientifiques disaient beaucoup de bêtises, si bien que presque personne ne les croyait. Ils prétendaient enter autres choses fausses que la Terre était plate ou cylindrique, que le sang devait être enlevé du corps pour être fortifié, ils opéraient sans se laver les mains, pensaient qu’on pouvait guérir les gens en leur faisant avaler des mixtures qui finissaient par les tuer, que les îles étaient des morceaux de terre qui flottaient sur les mers, que la Lune était composée d’os et de corne et que mars était liquide, que les étioles étaient des trous dans le cosmos, que la Terre était au centre de l’univers et que toutes les planètes tournaient autour d’elle, que l’électricité était de la lumière compressée, que retirer un cheveu blanc en faisait apparaître dix, que se caresser le zizi rendait sourd, que les pensées et les souvenirs se situaient dans le liquide qui baigne le cerveau etc

La médecine, et la science en général, obtenaient plus de mauvais résultats que de bons. Les religieux bénéficiaient de ces échecs répétés. Les gens leur accordaient toute leur confiance. Puis progressivement cette tendance s’est inversée. Devant les prouesses croissantes des technologies assimilées aux sciences et aux multiples services qu’elles rendent, les scientifiques ont peut à peu repris le dessus tandis que les religieux s’embourbaient dans des conflits guerriers en se massacrant entre eux. Aujourd’hui les hommes de sciences ont le pouvoir et comptent bien le conserver. La majorité des gens pense qu’eux et eux seuls détiennent la vérité.

Nous en sommes arrivés à la situation suivante : pour qu’une vérité soit reconnue, il faut et il suffit qu’elle soit scientifiquement démontrée. Ainsi pour qu’un phénomène soit assimilé à une réalité : il faut et il suffit qu’il soit mesurable et reproductible : c’est tout. Mais souvent elle rejette tout ce qu’elle n’est pas capable d’expliquer, de mesurer, de reproduire et de comprendre, en disant que ces choses-là n’existent pas.

Le fait est que je suis un « esprit » qui habite un « corps ».
L’ESPRIT c’est le véritable soi, fait de nos expériences et qui progresse sans cesse (si tant est qu’on s’en charge). L’esprit s’enrichit. Il ne meurt jamais.

Tout est là, dans ce postulat que tous les courants religieux, ésotériques, spirituels valident.

Le CORPS quant à lui est une matière amenée à vieillir et à disparaître.

L’Esprit commande le corps, il en est le chef.

Le cerveau lui n’est qu’un organe capable de capter les messages de l’esprit.

DIEU est un créateur rempli d’amour.
Einstein a dit « Dieu ne jouait pas aux dés ». Cette phrase pourrait même être dit au présent. Non, Dieu ne joue pas aux dés. Il n’y a donc pas de coïncidences : Dieu ne nous quitte pas, il est là.

Pourtant souvent on ne croit qu’à ce qui est visible (façon de penser soutenue par la Science vous l’aurez compris). De ce fait, nous nous privons d’une autre facette de la vie qui est certes insoluble et invisible mais bien réelle néanmoins.

L’ESPRIT quitte le corps et ne connaît ni le temps, ni l’espace. À la mort, les nombreux témoignages de mort imminente témoignent de la traversée d’un tunnel pour aller vers la lumière. L’ESPRIT est à l’image de son Créateur (Dieu) ; il est Omniscient et rempli d’amour. Toutes celles et ceux qui ont vécu une expérience de mort imminente témoigne de cette énergie d’amour inconditionnel et souvent, en reviennent transformées à jamais.
Dans l’au-delà il n’y aurait donc que des bons esprits.

Les Esprits dans l’au-delà sont sans cesse en communication avec notre propre Esprit sur Terre. Et inversement. Aussi nous pouvons contacter un proche de l’au-delà. Méthode : s’isoler et être au calme, penser fortement à un souvenir de la personne ; au moment où le souvenir s’efface, le contact est pris. Remercier et envoyer un message ou demander un message. La réception se fait par nos 5 sens.

Jean-Jacques Charbonier soutient l’idée de l’existence de la réincarnation qui peut se faire à n’importe quelle époque. Des esprits peuvent se réincarner dans notre passé ou notre futur terrestre : d’où la présence de personnes visionnaires comme les poètes, les inventeurs etc. Les esprits reviendraient sur terre avec des rôles différents et interagissent ensemble.

Je recommande souvent ce livre car il est vraiment accessible, rempli d’anecdotes véridiques, de témoignages. Il est un livre simple pour faire ses premiers pas dans une approche spirituelle de la vie et y voir une lueur d’espoir.

Par |2019-10-04T05:38:51+01:004 octobre 2019|Résumé de livre|0 commentaire

A propos de moi :

Marie-France Marchand alias Woman on tour est devenue Experte dans l’art de mettre en œuvre le changement. Hypersensible et atypique, elle est passée d’une crise existentielle à une émancipation authentique via un processus de transformation intérieure, incluant expériences initiatiques et tour du monde. Maître praticienne en Hypnose Ericksonienne, Pranathérapeute, formée auprès de coachs Canadien&Américain, Bouddhiste et en évolution perpétuelle, elle accompagne ses clients dans un voyage intérieur où émotions et spiritualité sont ses valeurs essentielles.

Laisser un commentaire