/, Connaissance de soi, Emotions, Gérer ses émotions, VOYAGE INTERIEUR/Syndrome « JE SUIS NUL(LE) » ? Comment s’en sortir ?

Syndrome « JE SUIS NUL(LE) » ? Comment s’en sortir ?

Syndrome « Je suis nulle » comment s’en sortir ?

Je me sens nulle, je me trouve nulle, ma vie est nulle… Ce sont peut-être des rengaines que tu te répètes à toi-même, notamment en te comparant à d’autres personnes. Comment réussir à regagner confiance en soi quand on se sent nulle par rapport aux autres ?

CLÉ N° 1 : Savoir ce que tu veux pour changer tes pensées

Toutes les personnes que je reçois au cabinet savent ce qu’elles ne veulent plus. J’en ai marre d’être nulle, de ne pas me sentir bien, de ne pas avoir confiance en moi — disent-elles. Les réponses sont moins évidentes quand il s’agit de répondre à la question « Que voulez-vous de positif dans votre vie ? ». Je te pose les questions à toi lectrice (ou lecteur) :

  • si tu pouvais changer ton état d’être intérieur ; idéalement, comment te sentirais-tu ?
  • si tu pouvais agir différemment dans tes relations quotidiennes avec les autres, que ferais-tu de différent ?
  • si tu te trouvais génial(e), de quelle façon les autres pourraient le voir extérieurement sur toi ?

Prends le temps de répondre intérieurement.

Quelle importance de répondre à ces questions  ? Parce que  nos pensées conditionnent nos sentiments, nos actions et donc notre vie… Dit autrement, pour se sentir bien nos pensées doivent être positives. Pour agir positivement, nos pensées doivent être encourageantes.

C’est toi qui as la responsabilité du contenu de tes pensées. Or, pour changer tes pensées, encore faut-il savoir ce que tu veux vraiment. Ton esprit ne peut se tourner vers un discours intérieur positif s’il ne sait pas sur quoi porter son attention. Pourquoi voudrais-tu défoncer une porte fermée, si tu sais par avance qu’il n’y a rien derrière ? Pour défoncer une porte fermée, il doit y avoir un trésor à récupérer dont tu as  très envie. Ton esprit fonctionne de la même façon.

Donc, que veux-tu vivre dans ta vie en terme d’émotions, de relations, d’expériences ? Ce travail de questionnements a pour bénéfices de te focaliser sur le changement positif et non plus sur ce qui ne va plus. Or, savoir ce que l’on veut facilite le passage à l’action.


CLÉ N° 2 : Se libérer du passé

Les pensées auto destructrices ne sont pas arrivées par hasard. Elles sont les conséquences d’événements passés traumatisants. Ces événements en question peuvent être des causes connues : un deuil, une rupture, la perte d’une relation amicale, un déménagement, une rentrée scolaire ratée etc… Non seulement ce sont des événements connus mais qui sont aussi communément reconnus comme potentiellement traumatisants. Personne ne remettra en cause le fait qu’un deuil est difficile à traverser.

Les pensées auto destructrices peuvent aussi provenir d’événements traumatisants inconscients et plus subtils. Inconscient signifie que tu n’as pas encore pris conscience du potentiel traumatisant de ce souvenir. Subtil signifie qu’un passage anodin de ta vie peut tout à fait t’avoir impacté, aussi banal que soit cet événement. Les événements qui nous impactent créent des boulets à nos pieds. Ces boulets nous les traînons avec nous tant qu’ils ne sont pas résolus. Ils nous font sentir lourds. Ils génèrent des sentiments comme de la rancune, des regrets, de la jalousie envers les autres, de la tristesse, de la dépréciation personnelle.

Il est donc important de travailler sur soi comme en thérapie individuelle ou en développement personnel. Quand le passé n’a plus aucun impact sur soi ; on est libre émotionnellement, mentalement, énergétiquement. Je t’encourage à te libérer de tes boulets aux pieds.


CLÉ N° 3 : Ne rien prendre personnellement

JE SUIS NUL

Regard sur soi. Kathmandou. Népal.

Il est vital de ne pas s’identifier à ses pensées. Don Miguel Ruiz dans son ouvrage « Les quatre accords Toltèque » le résume en une phrase : « Ne prenez rien pour vous personnellement ».

Pourtant c’est l’erreur classique que nous faisons tous. En t’identifiant à tes pensées, en réfléchissant trop, tu les prends pour toi personnellement. D’où les remises en cause et l’auto-apitoiement.

Tu n’es pas tes pensées. Laisse-les courir ces pensées destructrices, laisse-les s’envoler comme des feuilles mortes en plein automne… Il est important de se désidentifier à nos pensées. Autrement dit de se désolidariser. Il y a tes pensées, il y a toi.

CLÉ N° 4 : Licencier le saboteur

Les rengaines « Je suis nulle, je ne suis pas assez bien » proviennent d’une petite voix dans ta tête. Tu l’as sans doute remarquée. Cette voix c’est comme une partie de toi qui est triste et/ou mal-intentionnée. Tu as le choix de l’écouter, t’asseoir avec elle pour rentrer dans son jeu. Ou bien tu as le choix de la licencier. Cela revient à refuser son emprise, ou encore refuser de rentrer dans son jeu. Un peu comme on refuse à un enfant de lui porter de l’attention quand il veut faire son intéressant. Je t’invite à avoir cette force, ce discernement qui consiste à dire intérieurement (ou même à voix haute) : « Non, je ne t’écoute pas ! Tu es licenciée! »

CLÉ N° 5 : Un peu de douceur avec soi-même

Nous avons l’habitude, héritée de notre société Judéo-Chrétienne, d’être particulièrement sévère et dur avec nous-même. Au quotidien nous pouvons nous blâmer, nous critiquer. Ces mauvaises habitudes viennent ronger l’estime que l’on se porte. Or pouvoir se parler avec douceur revient à valoriser ses qualités. Une question que j’aime à poser à mes clients, et pour laquelle 8 fois sur 10, mon interlocuteur n’a pas de réponse est la suivante : Connaissez-vous vos qualités ?

Je te renvoie la question : peux-tu me citer 10 de tes qualités ? Pas seulement des qualités évidentes, bateau, que tout le monde possède comme  « je suis gentille et polie ». Je t’invite à songer à des qualités très spécifiques qui te caractérisent. Des qualités que d’autres ont déjà su voir en toi, des qualités dont tu as fait preuve dans différents événements de ta vie (mariage, enfants, adolescence, voyages, travail…)

L’avantage en connaissant nos qualités, c’est qu’il est plus facile de se parler avec douceur. Il suffit de revenir à ce qui nous caractérise positivement. Une phrase typique des rondes E.F.T est justement représentative des discours en douceur à soi-même. A savoir :

« Je m’aime et j’accepte telle que je suis ». Je t’invite à te raccrocher à plusieurs reprises à cette injonction intérieure et à observer ce qui se passe en toi.

CLÉ N° 6 : S’autoriser, se permettre…

Avant même de commencer à agir, je rencontre des personnes qui sont très inquiètes de rechuter. Et si je retourne à la case départ ?  -Me disent-elle. La crainte de la rechute est une idée erronée car évoluer c’est apprendre. Il est difficile, voire impossible, de désapprendre. Si vous ne conduisez pas pendant 5 mois, allez-vous perdre toute la connaissance de la conduite ? Non. Il en est de même pour notre évolution.
Le plus important est de se mettre en action pour changer et entamer ce chemin d’apprentissage empirique. En parallèle, remettons des permissions, des droits à l’erreur. 

Tu as le droit en certaines circonstances de ne pas être à la hauteur. Tu peux t’autoriser à échouer, à ne pas être ce que tu peux être. Nous avons tous le droit à l’erreur c’est par ailleurs le cycle de la vie. Si on critiquait un enfant qui apprend à marcher… Si on le blâmait de chuter, je ne garantit pas la qualité de sa croissance. Et si tu te donnais des permissions ? Comment te sentirais-tu ?

CLÉ N° 7 : Faire diversion grâce à l’auto-hypnose et la méditation

Lâcher les pensées est possible en vivant en pleine conscience au quotidien. C’est une façon de se détacher du mental et donc des discours intérieurs limitants comme « Je suis nulle ». Le mental est comme un enfant avec qui, parfois, il faut faire subtilement diversion pour arriver à ses fins. Je pense notamment au moment du bain le soir. Ton enfant râle que c’est pas le moment car il est justement en train de jouer. Si en terme d’horaires tu ne peux pas te permettre de suivre son rythme, et que tu ne veux pas partir dans un bras-de-fer, alors il va falloir être rusée et faire diversion de façon ludique.
Il en est de même avec notre esprit. Faites lui faire n’importe quoi d’autres du moment qu’il ne fasse pas tourner le petit vélo inconfortable. Pour débuter, tu peux commencer par de courts exercices de quelques minutes de méditation guidée par exemple.


Laquelle de ces clés te semblent la plus facile à appliquer dès à présent dans ta vie ? Je lis tous les commentaires et je te réponds. N’hésite pas à me partager ton avis.

Marchand Marie-France, Hypnothérapeute, Pranathérapeute

Cabinet Hypnose « Woman on tour » à Niort

PRENDRE RDV

06.71.21.91.65

ME TROUVER

8 bis Rue rouget de Gourcez

Résidence Fontane

79000 Niort

TARIFS

HYPNOSE 70€

PRANA 40 €

MEDITATION GUIDEE

Séance privée 30 €

Séance en groupe  10 €

A propos de moi :

Marie-France Marchand alias Woman on tour est devenue Experte dans l’art de mettre en œuvre le changement. Hypersensible et atypique, elle est passée d’une crise existentielle à une émancipation authentique via un processus de transformation intérieure, incluant expériences initiatiques et tour du monde. Maître praticienne en Hypnose Ericksonienne, Pranathérapeute, formée auprès de coachs Canadien&Américain, Bouddhiste et en évolution perpétuelle, elle accompagne ses clients dans un voyage intérieur où émotions et spiritualité sont ses valeurs essentielles.

2 commentaires

  1. JisséBro 16 janvier 2017 at 18 h 05 min - Répondre

    Bonjour Marie-France,

    Merci pour ton article. Je me retrouve dans ta description. Major de promo puis diplôme d’architecte DPLG avec mention spéciale du jury, exercice de la profession puis décès de mon père et dépression suivie de petits boulots. Échecs professionnels, échecs sentimentaux, échec financiers… aujourd’hui je vois tous les amis de ma promo Blogueur Pro avoir de nombreux abonnés et des likes sur leurs pages FaceBook alors qu’en 6 mois je n’arrive pas à faire décoller mon blog tandis que je publie tous les 3 ou 4 jours un nouvel article… J’en arrive à me dire que je suis vraiment nul pour tout… je sais qu’il faut faire des vidéos ou des articles invités mais difficile de franchir le cap…
    Bon succès à toi pour 2017.
    Cordialement

    • woman on tour 17 janvier 2017 at 10 h 21 min - Répondre

      Bonjour JC. J’espère que tu as trouvé de la valeur dans cet article… Merci à toi pour ton attention. 🙂 J’entends bien ta frustration. Il vient le temps où tout s’aligne, où la cohérence arrive. Garde confiance, et surtout, écoute toi. Suis ton intuition et tes valeurs. Il y aura toujours des personnes qui feront mieux… Il est important de se comparer uniquement à la vision positive qu’on a pour soi-même. Et aussi, n’aie aucune hésitation à oser. Les résultats sont souvent de belles surprises 😉 Peut-être peux-tu te (re) poser les questions : « Suis-je à MA bonne place ? », « Qu’est-ce que j’ai fait qui pourrait être modifié ? » « Qu’est-ce que je n’ai pas fait qui pourrait aider ? » — Je te souhaite le meilleur, Bien affectueusement, MF, Woman on tour

Laisser un commentaire