Connaissance de soi

Pas le MORAL ? Découvrez comment rebondir.

on

Pas le moral, baisses de moral subites et fréquentes : 3 astuces pour rebondir !

Comment fait-on quand on n’a pas le moral ? Comment retrouver le moral ? Comment garder le moral ?

Pas évident d’être positif, dynamique quand on n’a pas le moral, pas vrai ? Je suis passée par là de nombreuses fois sans savoir quoi faire. Je dirais même que mes baisses de moral étaient aussi fréquentes qu’ingérables.


Moi ? C’est Woman on tour, ou plutôt Marie-France pour les intimes que nous sommes. Si toi tu ne me connais pas, je vais me présenter très brièvement.

Dès l’âge de 13 ans j’ai développé un esprit carriériste ; je voulais être directrice artistique dans la mode. Du coup j’ai fait 6 ans d’études en travaillant pour être major de promotion puis après dans mon travail, j’ai carburé à 60 heures par semaine pour obtenir très rapidement le meilleur poste à mes yeux. J’ai eu le job de mes rêves et j’étais plutôt satisfaite de moi.

Oui mais voilà, ma réussite n’était pas en adéquation avec mon monde intérieur. J’étais très vulnérable et susceptible dans le sens où le moindre détail dans mon environnement pouvait m’affecter au-delà du raisonnable. Mes proches ne comprenaient pas ces changements d’humeur, cette hyper-sensibilité, prenant cela pour de l’immaturité et de la bêtise.

Je ne comprenais pas moi-même pourquoi la baisse de moral était si fréquente chez moi J’étais tellement sujette à avoir des hauts comme des bas, aussi rapides qu’incompréhensibles que ma mère m’appelait la mayonnaise ; car une mayonnaise : « ça prend ou ça prend pas, en un tour de main il est possible de la réussir comme de la rater… » C’est pour vous dire !

Et puis un jour j’ai vécu un moment dramatique ; au travail j’ai vécu une grosse désillusion, j’ai été mise au placard et cette situation a été pour moi un point de non-retour. Malheureusement, l’être humain ouvre des yeux spirituels et éveillés sur sa vie dans l’adversité et la difficulté, c’est malheureux mais c’est comme ça.

J’ai alors compris que je m’identifiais beaucoup trop à mes pensées. J’ai compris que je pouvais les piloter, les dépasser pour en faire (au final), ce que je veux.


Du coup, aujourd’hui je n’ai plus ces grandes variations d’humeurs. J’en ai comme tout le monde, toutefois comparé à avant, elles sont plus modérées, plus honnêtes et compréhensibles. J’ai appris à m’auto-analyser pour ne pas laisser ces baisses de moral influencer sur moi.

Alors je veux t’aider toi qui lis cet article, car j’ai à coeur que plus jamais, ou en tout cas le moins souvent possible, tu puisses rester au fond du gouffre à cause d’une baisse de moral.


Alors je te rassure j’ai 3 conseils à te partager pour éviter que ça ne se produise ou se re-produise

Retrouvez cette chronique en vidéo, ou bien continuez votre lecture ci-après.

 

POINT 1 : Ne pas dialoguer avec ses pensées noires

Quand on n’a pas le moral, généralement on broie du noir, pas vrai ? Le plus important est de ne pas répondre à ses pensées et entamer une conversation avec elle. Sinon c’est un cercle vicieux et le début d’une descente aux enfers.

De même, il ne faut surtout pas s’y identifier. Dans les moments de crise il y a comme une petite voix dans notre tête qui nous dit des horreurs, qui rabâche des choses du passé. « Je suis nul » est un discours qui revient souvent, pas vrai ? Cette petite voix, dites-vous bien qu’elle n’incarne pas du tout la bonté, la bienveillance… Elle est là en quelque sorte pour vous saboter, pour vous discréditer, vous mettre sur le banc de touche.

Quand vous l’entendez, laissez là causer seule dans son coin, sans croire un seul instant qu’elle puisse avoir raison, que ce soit à propos de vous, ou à propos de la logique de votre vie. Ce que vous avez vécu dans le passé se reproduit, donc ça veut dire cela, etc… N’y croyez pas !

Alors, voilà, à retenir : ne pas faire la conversation avec la petite voix dans sa tête et ne pas croire qu’il s’agit de vous !

PAS LE MORAL

Désamorcez les discours d’auto-sabotage inutiles.

POINT 2 : Comprendre le manque à combler

Quand on n’a pas le moral, il y a une mécanique bien huilée derrière, qu’il est facile de comprendre. Identifiez la cause dans votre environnement qui vous a déstabilisé, et essayez de comprendre quel refrain en vous cela réveille-t-il ?

Je vais vous donner un exemple. Vous êtes au travail et vous voyez un de vos collègues entrer dans le bureau du chef. Vous savez qu’il y a un poste à pourvoir et vous vous inquiétez que ce soit lui qui l’obtienne.  D’un coup, vous sentez au fond de vous votre humeur se noircir. L’orage arrive.

Dans votre esprit vous vous dites ; « Pour sûr que moi je n’obtiendrai pas cette promotion, je n’ose rien demander ! » Est-ce que cela vous est arrivé oui ou non ?

Bien dans cet exemple précis, si vous avez été déstabilisé, ce n’est pas pour rien ! Vous n’êtes pas fou ! En l’occurrence il y a eu un stimulus dans votre environnement qui a été : voir votre collègue dans les petits papiers du chef. Ensuite, qu’est-ce que cela fait référence chez vous : « Votre incapacité à obtenir une promotion »… Et vous rentrez dans le mélodrame.

Vous venez de faire une interprétation de la situation, car vous ne connaissez pas le contenu de la conversation entre votre collègue et le chef.

C’est à cet instant précis que vous devez être bienveillant et prendre le dessus sur vous-même en vous disant : « Non, je ne me laisserai pas abattre par cet incident. Je suis également éligible pour cette promotion, et dès demain je tenterai une approche ! Par ailleurs, je ne sais pas de quoi cet entretien imprévu ressort ». Vous comprenez la logique ?

Désamorcez ces discours d’auto-sabotage… ils ne servent à rien !

Il s’agit d’un exercice de vigilance permanente sur nos émotions et nos pensées, afin de ne pas en être l’esclave. Identifiez ces causes extérieures, ces événements qui réveillent en vous des émotions polluantes. Sachez les repérer, les anticiper, les désamorcer.

POINT 3 : Faites diversion !

Quand on n’a pas le moral, le risque est de s’enliser dans la situation. La laisser durer quelques heures voire plusieurs jours. Faire diversion est une technique excellente que je vous recommande ! Elle fonctionne avec les adultes aussi bien qu’avec les enfants… Pourquoi ? Parce que le réel pilote aux commandes de notre existence c’est notre âme, et je dirais qu’elle est manifestée dans notre subconscient. Or notre subconscient est d’une simplicité déconcertante, il est comme un enfant avec les capacités de l’adulte.

Du coup, quand votre égo et vos émotions vous disent que ça ne va pas, au risque de vous y identifier, c‘est votre subconscient qu’il faut atteindre en lui donnant autre chose à ronger.

Personnellement quand je suis en voyage, c’est facile de faire diversion car tout est nouveau autour de moi ; je change d’hôtel, je passe la frontière, je fais une nouvelle activité, je rencontre une nouvelle personne…

Mais dans la vraie vie c’est pareil, quand vous sentez la tempête arrivée ; faites diversion. Parlez à cette dame à la boulangerie, prenez ce chemin que vous ne connaissez-pas, allez voir une copine que vous aimez bien, faites une activité nouvelle ou celle qui vous fait plaisir… Bref, faites diversion !

Découvrez la boîte à outil de la vie-easy by Woman on tour, pour aller plus loin dans la gestion de vos émotions, en cliquant ici.

Ce qui peut être utile aussi, et j’ajouterais cela en bonus… Quand on n’a pas le moral ; restez confiante. Développez en vous – une confiance indestructible pour ce qui est, ce qui vous entoure. Tout ce qui vous arrive à une logique à une plus grande échelle, alors ne vous attardez pas sur l’échelle « locale » que vous vivez comparée à votre vie toute entière et celle de la Terre.

Ayez au fond de vous, ce sentiment de sécurité, cette confiance en l’avenir. Pourquoi ne pas laisser les joies du futur déjà vous habiter ?


Voilà mes amis, et vous ? Vous n’avez pas le moral ? Que faites-vous dans ces cas là ? Cela vous arrive-t-il souvent ? Je réponds à vos questions avec grand plaisir.  A vos commentaires, prêt, partez ! Je suis prête à vous lire !!!

Quant à moi je vous dis

« Bravo de faire partie de ces personnes qui ont le courage de voyager en eux, l’audace de croire que tout est possible et le désir brûlant de réaliser leurs rêves ! Pour tout cela je vous dis BRAVO et MERCI  »

Et n’oubliez pas – En route pour une vie re-connectée, positive et optimiste !

Je vous dis à très bientôt,

Affectueusement,

Woman on tour

 

A propos de woman on tour

Woman on tour (Marie-France pour les intimes) est entrepreneur nomade, globetrotteuse, hypnothérapeute et pranathérapeute. C'est une jeune femme sensible, qui après avoir été carriériste et connu le succès souhaité, traverse un burn-out et une mise au placard. Elle choisit alors de se créer une nouvelle vie et part faire un tour du monde seule en sac à dos. Elle en ressort grandie, éveillée. Aujourd'hui elle accompagne les femmes de tous âges désireuses d'emprunter le chemin de l'émancipation authentique. Son crédo : l'intelligence émotionnelle et spirituelle au service d'un succès cohérent dans la vie ! contact : womanontour@womanontour.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *