Changer de vie

2 ans après avoir tout quitté, je vis toujours avec « rien », et pourtant j’ai « tout »

on

2 ans après avoir tout quitté, je vis toujours avec « RIEN », et pourtant j’ai « TOUT », même plus qu’avant… 

Toutes mes affaires (celles que je n’ai pu me résoudre à vendre) sont encore dans les cartons, entreposées chez un membre de ma famille. Je dirais même que l’idée de les savoir là me pèse (je ne me souviens même plus précisément du contenu des cartons ??). J’aurais préféré avoir tout liquidé finalement………

A ce jour, j’ai gardé 5 cartons accessibles. 

Libérée, woman on tour joyeuse à quelques jours du départ.

Libérée, woman on tour joyeuse à quelques jours du départ.

 

Il s’agit d’une garde-robe. Intention inutile car je ne peux même plus l’utiliser, faute d’avoir conservé ma ligne d’avant-tour-du-monde. ^^
Et des papiers administratifs que je conserve pour la bonne forme légale, mes contrats étant quasiment tous clôturés.
Concrètement, j’utilise au quotidien l’équivalent en volume d’une grosse valise. Rien ne me manque, et je n’ai besoin de rien.
Cela donne a réfléchir…

Que d’argent dépensé auparavant… dans quel but ?


Je songe souvent à Mousumi, une jeune femme trentenaire extraordinaire que j’ai rencontrée à Kathmandou au Népal. Elle enchaîne les missions humanitaires partout dans le monde avec son sac sur le dos pour seul bagage. Je vois aujourd’hui dans l’absence de possession la plus grande forme de liberté tant physique que spirituelle. Je vis avec rien et je suis pourtant bien plus heureuse qu’avant.


Finalement refuser de faire le vide c’est révéler de nombreuses peurs… (tiens on y revient toujours aux peurs) : Extrait « L’art de l’essentiel ». Dominique Loreau, p.67

Comment faire pour alléger nos vies ? Dans cet article je vous en dis plus sur les contre-arguments à ces peurs qui nous limitent.

– peur de perdre l’argent dépensé
– peur de « passer pour un pauvre »
– peur de perdre ce que l’on possède
– peur de l’insécurité financière (chaque objet a sa valeur monétaire)
– peur de regretter ensuite
– peur de s’engager
– peur du changement
– peur de s’ennuyer sans les choses
– peur de faire un sacrilège en jetant les choses des défunts
– peur de perdre son identité

Or les émotions (qui plus est négatives) telles les peurs, sont la cause de nos souffrances, disent les bouddhistes. CQFD

Le jour où je me réadapterai à notre monde moderne et consumériste – comme beaucoup m’y invitent, n’est pas arrivé…! Alors pour l’instant, je vis avec rien, et c’est très bien ainsi !


« Rien n’est plus créateur que la mort puisqu’elle est le secret de la vie. Elle signifie que le passé doit être abandonné, que l’inconnu ne peut être évité, que « je » ne peut perdurer et que rien ne peut être finalement fixé. Quand un homme sait cela, il vit pour la première fois dans sa vie. En retenant sa respiration, il la perd. En la laissant aller, il la trouve. »
Alan Watts, Éloge de l’insécurité.


Si cet article vous interpelle, donnez votre avis en commentaire. Envie de faire pareil ? Dites-moi quand vous souhaitez franchir le pas et comment…

Bises à toutes et à tous,

Woman on tour

A propos de woman on tour

Woman on tour (Marie-France pour les intimes) est entrepreneur nomade, globetrotteuse, hypnothérapeute et pranathérapeute. C'est une jeune femme sensible, qui après avoir été carriériste et connu le succès souhaité, traverse un burn-out et une mise au placard. Elle choisit alors de se créer une nouvelle vie et part faire un tour du monde seule en sac à dos. Elle en ressort grandie, éveillée. Aujourd'hui elle accompagne les femmes de tous âges désireuses d'emprunter le chemin de l'émancipation authentique. Son crédo : l'intelligence émotionnelle et spirituelle au service d'un succès cohérent dans la vie ! contact : womanontour@womanontour.com

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *